Un peu d'histoire

Le Relais du Parasoir, un lieu chargé d'histoire

D’un passé qu’on ne saurait dater avec exactitude, les deux supports métalliques ancrés sur la façade Ouest de la bâtisse sont les vestiges des lanternes  qui ornaient autrefois les 4 angles du Relais du Parasoir. Elles   indiquaient aux voyageurs de grands chemins, en provenance du Charolais et de l’Azergues, qu’ils étaient enfin arrivés à bon terme. Le Relais était alors l’ultime étape avant de pouvoir  rejoindre la Calade. De ces grandes épopées est certainement issue la légende du « Gardien de la Fontaine » ; A seulement quelques pas du Relais, à gauche de la route, en direction de Vaux-en-Beaujolais, se trouve une curiosité naturelle constitué d’un rocher représentant un visage humain orienté vers la surface de l’eau. La légende voudrait que des templiers, de retour de croisades, se soient arrêtés au Relais du Parasoir pour ripailler et se reposer. Profitant de l’état d’ébriété avancé de ses compères, l’un d’eux aurait profité de la situation pour cacher le trésor au fond de la fontaine du Parasoir, le confiant ainsi à cet éternel gardien de pierre. Un clin d'oeil plus particulier est fait à l'actuel propriétaire du relais dont la ressemblance avec la sculpture est assez frappante et surprenante !!!!  Nez ce pas ???

Plus proche de nous, dans les années d’après guerre, le Relais se forge une solide renommée en proposant une restauration à base de produits fermiers issus de la propriété même. Il faut savoir qu’à cette époque, les tenanciers élevaient poules, lapins, cochon, chèvres et vaches. A Villefranche et ses alentours, il était d’usage de clôturer la sortie dominicale par une escapade au Restaurant DESCROIX où on venait apprécier l’omelette et le fromage blanc. De même, des bals musette, plus ou moins officiels, étaient organisés dans la grange, au dessus de l’étable, au grand bonheur des jeunes de St Cyr-le Châtoux et des environs. Ensuite,  il y a eu l’époque « DRUGUET » et la fameuse « Capitaine », réputée pour son franc parlé. Puis le « Café Parasoir » se meurt peu à peu, au fil du temps, jusqu’à fermé définitivement ses portes vers la fin des les années 2000. Mais c’était sans compter  l’initiative d’Isabelle et Bernard, un jeune couple de Vauxois, qui en 2010, redonne vie à ce lieu mythique du Beaujolais en ré-ouvrant l’établissement sous l’enseigne du « Relais du Parasoir ». Cette dénomination, qui en dit long sur le passé de l’établissement, en révèle aussi tout son avenir. En effet, il s’impose aujourd’hui comme l’étape incontournable pour tous les voyageurs qui gravissent le col de St Cyr, que ce soit à pied, à cheval, en vélo, à moto ou bien en auto. C’est leurs passions pour le Pays Beaujolais, la moto et le bricolage qui les ont conduit à s’engager dans cette aventure qui en aurait effrayé plus d’un. En effet, à leur arrivée, l’établissement était dans un état si délabré qu’il a fallu repartir pratiquement de zéro. Tout était à refaire ; il n’y avait pas de toilette à l’intérieur et rien n’était aux normes. C’est avec beaucoup d’énergie et de débrouillardise qu’ils ont petit à petit réaménager l’ensemble dans un style à la fois moderne et authentique qui contribue à une ambiance à la fois conviviale et généreuse.  Aujourd’hui le Relais du Parasoir peut accueillir environ 50 personnes en salle et presque autant en terrasse. Durant toute la saison d’hiver, on apprécie de se retrouver devant la cheminée crépitant tandis qu’en été, on s’émerveille devant la vue panoramique sur le Pays Beaujolais qu’offre  la terrasse ombragée.

 

"Parasoir" ... Ca vient d'ou ?

Comme le témoigne le texte ci-dessous, le mot "parasoir" signifierait le versant exposé au soleil. Effectivement, la localisation de la batisse est telle qu'elle bénéficie du soleil dès son levé, à l'Est, et jusqu'à son couché, à l'ouest. Dans le Beaujolais, on trouve un lieu similaire, à Limas, qui porte le nom de Parasoleil. Cette exposition originale, aditionné à l'altitude relativement élevé du site,  fait du du Parasoir un endroit privilégié pour bénéficier du soleil. Même en hiver, alors que le brouillard envahie la vallée de la Saône, on peut prendre un bain de soleil sur la terrasse du Parasoir.

 

L'origine du nom de Parasoir
L'origine du nom de Parasoir